dimanche 23 juillet 2017

Mind games de Teri Terry

La Martinière J. Fiction, 18 mai 2017 - Grand Format 428 pages
Disponible en eBook

Dans un monde où les gens passent leur temps dans les mondes virtuels auxquels ils sont connectés grâce à des implants, les individus ont perdu la notion de la réalité. Celle-ci a d'ailleurs perdu tout attrait et ceux qui décident d'y passer leur vie, les Refusants, sont condamnés aux destins les plus médiocres.
Luna est la fille d'une célèbre hackeuse disparue en mission. Elle possède la capacité de rester totalement consciente tout en étant connectée. Cependant, les voyages dans le Vide, tissu infini de possibilités virtuelles créé par la CoPra (Compagnie parasensorielle de réalité artificielle développant l'ensemble des systèmes informatiques et des mondes virtuels), la rendent malade et Luna a choisi d'être une Refusante.
Mais lorsqu'elle est sélectionnée par la Corporation pour un test virtuel qui lui ouvrira la porte des meilleures universités et garantira son avenir, elle décide toutefois de tenter sa chance. Son succès pourrait lui fournir une occasion unique : celle de mettre fin, de l'intérieur, à l'emprise que la Corporation exerce sur les consciences et à la dictature du virtuel. Celle, aussi, de comprendre enfin la disparition de sa mère...


Après avoir adoré sa série "Éffacée", je ne pouvais pas passer à côté du nouveau roman de Teri Terry, même si le monde virtuel n'est pas forcément l'univers que je préfère. 

Nous sommes donc dans un monde où le virtuel domine toute chose... que ce soit la mode, l'éducation, la justice, les jeux etc... chaque individu est connecté. Et, à partir de l'âge de 10 ans, on leur propose un implant. Ceci permet de se connecter au réseau à tout moment, d'avoir des informations en temps réel etc... 
Luna Iverson, une jeune lycéenne, est une  des rares Refusantes de son école. À la différence des quelques camarades qui n'ont pas d'implant comme elle, pour Luna il s'agit de sa volonté propre. Elle n'en veut pas. Sa marginalisation en fait a une cible facile et elle est souvent sujette aux moqueries et  brimades diverses.
Alors qu'elle est considérée comme mauvaise élève - Luna échoue volontairement tous ses examens - elle est se voit admise aux évaluations de la CoPra, un organisme qui contrôle tout le monde virtuel. 
Pensant que c'est une erreur dans leurs bases de données, Luna se rend, malgré sa méfiance, aux tests. Sans le savoir, elle a mis les pieds dans une terrible machination qu'elle seule est à même d'arrêter... 

Sur la base de ce roman, je n'ai rien à redire. Le récit est cohérent, la plume de Teri Terry toujours aussi sympa, et même si je n'ai pas particulièrement aimé ce que j'ai lu, cela n'a pas non plus été une torture. Au contraire, j'y ai trouvé une certaine additivité, et la fluidité du texte permet une lecture facile. C'est entraînant, rythmé et pour les fans du genre, je suis sûre que c'est un roman très chouette.

Pour ma part, je n'ai pas aimé l'univers. J'ai toujours eu du mal à m'immerger dans ce genre de récit et, hélas, cela n'a pas fait exception ici. 
Je n'ai pas vraiment aimé non plus l'héroïne, censée être intelligente, et qui est quand même un brin naïve et idiote. Elle comprend vite, mais il faut lui expliquer longtemps... 
Et enfin, je n'ai pas aimé le dénouement, bien trop expéditif..

En bref ? Un roman qui a du potentiel et qui trouvera sûrement son public. Pour ma part, je n'en garderai pas un souvenir impérissable, même si je ne regrette pas de l'avoir lu pour autant. 




Quoi de neuf chez les Reines ? #124



Voici nos réceptions de la semaine


 





Dans ma bibliothèque : 




Dans ma liseuse

 



Sur mon étagère...


 




Dans ma liseuse : 
L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte


Sur ma tablette : 

Dans ma bibliothèque : 




Dans ma liseuse : 
Be with me (romance M/M) par [Auger, Sophie]

samedi 22 juillet 2017

Fight for us d'Amber James

Editions Addictives, 6 juillet 2017 - Grand format 276 pages
Disponible en eBook



« Nos nuits sont torrides... mais puis-je lui faire confiance ? »
Aileen Summer est une jeune mannequin indépendante à qui tout sourit. Les marques les plus célèbres la veulent pour égérie, les hommes succombent à son charme insolent...
Alexander Simmons est un photographe réputé autant pour ses exigences que pour la qualité de son travail.
Mais lorsqu'ils se rencontrent sur un shooting, Aileen et Alexander voient leur monde basculer. Entre séance de photos hot et nuits de sexe inoubliables, leur amour sera-t-il assez fort pour résister aux ennemis cachés, aux secrets et aux trahisons ?
Sensuel, envoûtant... laissez-vous emporter !




C'est tout d'abord la superbe couverture qui m'a donné envie de lire cette histoire. Et le résumé était tout aussi tentant. C'est bien rare de lire (pour ne dire jamais, pour ma part) sur le thème du mannequinat. J'aurai pu avoir des a priori bien sûr, une jeune mannequin qui tombe sous le charme d'un photographe ça fait tout de suite « cliché ». Je suis partie confiante et je dois dire que je n'ai pas été déçue du tout.

Aileen Summer est, vous l'aurez compris, une jeune mannequin, qui n'est pas seulement indépendante dans sa profession (elle gère elle même sa carrière), mais aussi dans sa vie privée. C'est une jeune femme avec les pieds sur terre, solitaire (ce qui peut paraître contradictoire avec son métier) et qui aime et a besoin de sensations fortes (par exemple le ski, son péché mignon et ou elle excelle, en compagnie, la plupart du temps avec son amie Sarah).
Comme c'est elle qui décide de ses futurs contrats, elle a accepté pour la première fois, de tenter un shooting lingerie pour une célèbre marque. Malgré son stress et son manque de confiance (tout simplement parce qu'elle n'est pas l'archétype du top-model, elle ne mesure qu'un 1.69 m), elle va y aller courageusement.
C'est la qu'entre en scène, Alexander Simmons, un photographe pour ne pas dire LE  photographe du moment très très réputé, l'un des meilleurs dans sa profession. C'est un homme très riche de part sa profession; mais aussi par l'héritage de son père.
Dès le premier regard, quelque chose d'indescriptible va se passer. Alexander est un bel homme, c'est une certitude, mais il est aussi ce genre de mec bien dans ses baskets, avec beaucoup d'humour qui met tout le monde à l'aise. Ainsi Aileen va surpasser son stress quand à la méthode employée et incongrue de Alexander (j'aurais aimé être à la place d'Aileen à ce moment là)

J'ai eu le sentiment quand le shooting a commencé, qu'ils se comprenaient bien au delà des mots. J'ai ressenti cette tension sexuelle qui planait tout du long, ces échanges de regards qui voulaient tout dire. Finalement, ils tombaient amoureux !
Ils céderont très vite à leur désir. Mais à peine redescendue de son nuage qu'Aileen va commencer à douter et s'en vouloir d'avoir été trop rapide dans cette relation. D'autant plus, qu'Alexander disparaît quelques jours sans donner de nouvelles.
Cela va se poursuivre ainsi et le comportement d'Alexander m'a rendu autant folle qu'Aileen ! Forcément, comment ne pas se poser des questions et ne pas douter ? Bien sûr, autour de cette romance va se greffer un événement, une intrigue qui met à mal le jeune couple.

J'ai passé un super moment avec cette lecture d'une grande intensité, très sensuelle, très chaude. Moi aussi, je veux faire des rêves érotiques comme Aileen lol. L'univers de la mode, leur désir insatiable, leur amour naissant, l'intrigue, une superbe combinaison qui fait qu'on ne voit pas le temps passer. 

En bref, une romance érotique qui vous emporte facilement. Certes, il y a beaucoup de sexe mais j'ai trouvé qu'il ne prenait pas pour autant le pas sur l'histoire, tout est habilement amené. Je vous le conseille si vous voulez passer un bon petit moment.




Timelapse de Nadia Richard

Michel Lafon, 22 juin 2017 - Grand Format 316 pages
Disponible en eBook

Le jour des 18 ans de Samantha, le temps s'est arrêté. Piégée 48 heures dans un monde où tous ceux qu'elle aime sont transformés en statues de cire, Sam réalise avec effroi qu'elle est la cause de ce phénomène. La vie reprend son cours, mais Sam, elle, est persuadée de devenir folle. Pourtant son don est on ne peut plus réel. Et convoité. 
Alors que M. Delatour, son professeur de physique, s'intéresse subitement à elle, la jeune femme réalise avec stupeur qu'elle est incapable de figer le nouveau de la classe, le mystérieux Matthias. Seraient-ils plus liés qu'elle n'ose l'espérer ? 
Mais à trop jouer avec le temps, Sam pourrait bien finir par en manquer... car Delatour semble prêt à tout pour s'approprier son pouvoir, peu importent les conséquences. 


Nadia Richard est une actrice et youtubeuse, j'ai découvert sa biographie en lisant ce roman, car personnellement, je ne la connais pas tout. Elle signe avec Timelapse son premier roman, qui sera, pour ma part, le dernier que je lirai d'elle. 
Je suis désolée d'être aussi cash, mais je n'ai strictement rien aimé de ce que j'ai lu. 

L'idée de base est bonne, d'ailleurs c'est le résumé super intriguant et la couverture (que je trouve sublime) qui m'ont donné envie de lire cette histoire. 
Une jeune fille, Samantha Delorme, constate avec effroi qu'elle peut figer le temps. Cela se produit le jour de ses 18 ans. Dès lors, sa vie ne sera plus jamais comme avant. 
Elle est capable de contrôler le temps, oui, mais elle ne maîtrise pas pour autant ce phénomène et le comprend encore moins. Pourquoi elle ? Que lui arrive-t-il ? 
Sans compter que depuis ce jour, son professeur de physique lui porte un intérêt croissant. 
Puis, il y a aussi ce petit nouveau, Mathias Lombarda, avec qui une étrange connexion s'installe...

Je suis passée totalement à côté de ce récit et ce, pour plusieurs raisons. 
Tout d'abord, les personnages. Horripilants ! 
Sam, l'héroïne, est puérile, pénible, et... agaçante. 
Tim, le meilleur de Sam, est jaloux, mesquin et... agaçant. 
Anna, la fausse amie, est peste, idiote et... agaçante. 
Victoire, la pouf de service, est méchante, teigne et... agaçante. 
Mathias, le héros, est versatile, taciturne et... agaçant. 
Aucun des personnages n'a su me charmer. Bien au contraire, j'ai eu envie de foutre des baffes à chacun d'eux. 
Vient ensuite la relation entre Sam et Mathias : les 3/4 du roman ils refusent catégoriquement de se parler. Quand l'un est prêt à entamer la discussion, c'est l'autre qui ne veut plus et qui l'envoie bouler, et ainsi de suite... Ce qui est très lassant à la longue. Même si, je dois le reconnaître, l'on comprend mieux ces échanges grâce à une révélation des surprenantes, déroutantes... et qui vient comme un cheveu sur la soupe. 
Après, il y a le scénario, que j'ai trouvé bancal. Je n'ai pas été convaincue par la façon dont l'auteure a traité cette histoire. Et plus je progressais dans le récit et plus je trouvais que toute cette histoire partait en cacahuètes. D'ailleurs, le final m'a donné raison. C'est un gros WTF ! 

En bref ? Un roman que je me suis acharnée à finir, et je ne sais toujours pas pourquoi... Car le résultat est très décevant. 



vendredi 21 juillet 2017

In the game de Cindi Myers

Harlequin, 1 juin 2017 - Poche 448 pages
Disponible en eBook


Rachel Westover, chroniqueuse vedette d’un grand magazine féminin, a quelques jours pour « dompter » Garret Kelly, le sportif le plus en vue du moment. Si elle réussit, sa popularité ne sera plus à prouver. Après tout, il ne devrait pas être trop difficile de faire perdre au champion ses habitudes d’homme des cavernes et de le rendre attentif aux désirs des femmes. Et, plus précisément, à son désir à elle… 
Katie suit tous les faits et gestes de Luke Winter, le célèbre joueur de base-ball. Où qu’il aille, quoi qu’il fasse, elle est toujours à ses côtés. Mais Katie n’est pas la plus grande admiratrice de Luke, et encore moins sa petite amie… Non, elle est la personne en charge de sa sécurité et elle prend son travail très au sérieux. Au grand dam du sportif, qui désespère d’emmener Katie dans le seul endroit où elle refuse de le suivre : son lit…


La première nouvelle nous parle de Rachel, qui travaille chez Belinda magazine en tant que chroniqueuse. Elle est connue sous le surnom de Dresseuse d'hommes dont elle tient la rubrique. C'est une liste de conseils qui permettrait d'améliorer les habitudes des hommes et non de changer ceux-ci, afin de vivre en harmonie en couple. Suite à un pari avec son patron, elle doit « dresser » Garrett Kelly, joueur de crosse, appelé « Kelly le sauvage ».
Cet homme viril, homme des cavernes, n'est pas le genre habituel de Rachel. 

J'ai adoré leur première rencontre, c'était très chaud et culotté de la part de Garrett. S'ensuivra des rencontres, des rendez vous, et leur attirance ira en grandissant. Petit clin d'oeil à Barney qui m'a fait doucement sourire !!
N'oublions pas la meilleure amie de Rachel, Moira qui a essayé de suivre les préceptes quant à dresser « son homme ».

Le pari sera-t-il toujours d'actualité ? Leur entente donnera-t-il lieu a plus ? Ils sont tellement bien ensemble mais fera-t-elle passer ses ambitions avant Garrett ? Et lui quand il apprendra la vérité parviendra-t-il à lui pardonner ?


Quand à la deuxième nouvelle, il s'agit de Luke Winter, un sportif célèbre qui est victime de harcèlement. Son manager engage Katie qui sera responsable de sa sécurité. Mais Luke n'a plus trop goût à rien, une telle lassitude alors qu'il a tout. C'est ce qu'on pourrait croire en effet quand on est extrêmement connu et riche. 
C'est un homme gentil et d'une extrême beauté, qui ne prend pas les gens de haut. Mais peut-être à être trop sympathique cela se retourne contre lui... Du moins, il pense peut-être qu'il serait de bon ton d’être un poil plus mordant et agressif.
Katie va s'évertuer à faire son travail du mieux possible alors que Luke qui avait un ras le bol des femmes, du sexe facile éprouve une attirance pour cette femme forte. Car à cause d'une mauvaise expérience personnelle, elle n'a jamais voulu travailler avec des sportifs.

Alors, ces deux caractères vont-ils s'affronter sans cesse ? Va-t-elle baisser sa garde (elle qui garde un mauvais souvenir des sportifs en général) ? Trouvera-t-elle le harceleur ? Mais surtout tout cela finira-t-il bien ?

Nous plongeons dans le domaine sportif cette fois-ci avec un joueur de crosse et un joueur de base-ball. Ce que je peux vous dire c'est que sont des hommes arrogants, sûrs d'eux et de leur sex-appeal. Les héroïnes sont des femmes de caractères et j'apprécie d’autant plus. Je n'ai pas eu de préférence cette fois pour l'une ou l'autre nouvelle. Tout simplement parce que même si le thème est différent des autres nouvelles que j'ai lu, j'ai trouvé que cela allait trop vite. 

3.5/5


Photophobia de Tom Becker

Éditions Milan, 3 mai 2017 - Grand Format 279 pages
Disponible en eBook

Quand ils arrivent dans la ville de Saffron Hills, Darla et son père sont bien décidés à prendre un nouveau départ. Malheureusement, Darla s'intègre difficilement dans son lycée, où tous les élèves sont obsédés par les selfies, les grosses voitures et les concours de beauté. Sa situation ne fait qu'empirer quand elle commence a avoir des visions qui la projettent dans le corps d'un meurtrier qui semble s'attaquer à des étudiants de son campus.

Saffron Hills, 1995
Walter West, un adolescent beau, intelligent et issu d'une famille extrêmement riche commet son premier meurtre de sang-froid. Ce passionné de photographie, lassé de prendre des paysages en photo et affectionnant tout particulièrement la beauté, a décidé de capter celle-ci dans sa forme la plus belle : avant, pendant et après la mort. Quoi de mieux que le sublime visage de la reine de beauté immortalisée dans ses derniers instants, les traits crispés par la peur et la douleur ? Magnifique, non ? 
La ville sera ébranlée par cet horrible crime et Walter sera surnommé le Preneur d'anges. 

20 ans plus tard. 
Darla O'Neill est une jeune lycéenne de 16 ans. Son alcoolique de père, Hopper, amateur de magouilles, les a, une nouvelle fois, mis dans la panade. Pourchassés par un homme armé, ils ont dû s'enfuir en quatrième vitesse de l'endroit où ils vivaient (une caravane miteuse) et leur cavale les a amenés dans la ville Saffron Hills. 
Peut-être que cet endroit sera propice à un nouveau départ ? Hopper, lui, y croit. Pour Darla, son avis est plus mitigé. 
Surtout que très vite, un meurtre particulièrement violent frappe la communauté. La victime, Natalie, est une jeune adolescente du lycée, connue pour sa grande beauté. 
Darla est alors prise de visions. Des meurtres sanglants. Elle ne voit pas l'assassin, mais ses victimes terrorisées et les clics de l'appareil photo qui immortalisent ce moment. 
Le Preneur d'anges est de retour, à moins que ce ne soit qu'un simple imitateur... 
La ville est en émoi... 
Darla, bouleversée, ne comprend pas ce qui lui arrive... 
Pourquoi est-elle reliée à l'assassin ? Qu'ont-ils en commun ? Est-ce vraiment l'acte du Preneur d'anges ? 

Je ne suis pas une grande amatrice de thriller, mais la couverture et le résumé de ce roman m'ont interpellée. Ils annoncent la couleur : ce sera sombre, glauque et mystérieux. 
Et c'est exactement ça ! 
Dès le prologue, nous plongeons dans une ambiance lugubre qui nous fait suffoquer, telle une chape qui s'enroulerait autour de nous, nous pressant un peu plus à chaque page tournée, et nous laissant à bout de souffle. J'ai adoré cette sensation qui nous court le long de l'échine, ainsi que ce sentiment d'insécurité qui affole notre palpitant. 
L'intrigue est remarquablement menée. Plus nous progressons dans le récit, plus nous sommes captifs de cette sordide histoire. 
L'auteur brouille les pistes, disséminant des indices contradictoires qui nous incitent à penser à une chose, puis une autre, nous amenant sur un chemin, puis un autre... C'est un redoutable machiavel. 
Et même si mon intuition concernant l'assassin était bonne, jusqu'aux dernières pages, le doute subsistait. De plus, je suis encore sous le choc de la révélation finale, à laquelle je ne m'attendais pas du tout ! 

En bref ? Une ambiance qui vous hérisse le poil et vous procure nombre de frissons, une intrigue menée avec brio qui vous rend accro et un final bluffant qui vous laisse pantois. 



Furious rush T1 de S.C Stephens

Hugo Roman, 6 juillet 2017 - Grand Format 503 pages
Disponible en eBook

Mackenzie Cox a beaucoup de choses à prouver. Fille d'un pilote de moto de légende, elle veut montrer à ce milieu sportif dominé par des hommes qu'elle a hérité du talent de son père. La dernière chose dont Kenzie a besoin est que ces projets soient contrariés par le tout nouveau pilote de son équipe rivale, Hayden Hayes. Issu du monde des courses de rue illégales, Hayden trouble immédiatement Kenzie.
Kenzie et Hayden se challenge mutuellement sur le circuit et cette énergie électrique se transformera bientôt en une intense, et absolument interdite, attirance.

Mackenzie Cox, l'héroïne et la narratrice unique de ce roman, est une jeune femme de 22 ans au caractère affirmé, adepte de la discipline. Dans son métier, elle en a bien besoin, puisqu'elle pilote des motos... une Ducati 848, son bébé chéri. 
Son père, le très célèbre Jordan Cox, est un ancien champion du circuit. Autant dire, qu'elle a été bercée depuis son enfance dans cet univers de testostérone. N'ayant eu que des filles, Jordan a tout misé sur Mackenzie, sa petite dernière, et lui met une pression d'enfer. Car depuis des années, Mackenzie fait partie de l'équipe de son père "Cox Racing" et, pour faire honneur à ce dernier, ses performances doivent être irréprochables. 
Mais évoluer dans un monde d'hommes n'est pas ce qu'il y a de plus aisé et la peur de décevoir son père la ronge. Pourtant, ses résultats son bons... mais elle n'est pas une championne pour autant. 

Un soir, alors qu'elle va récupérer sa meilleure amie, Nikki, sur les lieux d'une course sauvage (tout ce qu'elle déteste !), elle va faire la rencontre de Hayden Hayes. Un petit voyou qui pilote divinement bien. Entre eux, le courant est électrique et fait des étincelles. 
Alors qu'elle ne pensait plus jamais revoir ce bad boy aussi beau qu'agaçant, elle va le revoir le lendemain... ainsi que les jours suivants. Puisque, dorénavant, il fait partie de l'équipe Benneti, le grand ennemi des Cox ! Comme les Benneti et les Cox se partagent le même circuit, ils vont être amenés à se croiser... sauf que les règles entre Benneti et Cox sont claires : aucun contact sous peine d'être viré de son équipe. Les pilotes de Benneti et Cox ne doivent pas se fréquenter, ni même se parler ! Eh oui, la haine entre les deux dirigeants de ces équipes est si forte, que les pilotes doivent respecter scrupuleusement cet édit.  
Pour Mackenzie, appliquer ces règles a toujours été une évidence, mais la venue d'Hayden, qui ne fait rien comme les autres, va tout changer...

La première chose que l'on remarque dans cette nouvelle série, c'est la totale immersion dans le monde fermé des circuits motos. Ce livre ne fait pas qu'effleurer le sujet, il nous transporte littéralement dedans. Beaucoup d'actions et de rebondissements se passent sur le circuit. Limite si l'on ne peut pas sentir l'odeur des pneus chauffés par l'asphalte et l'adrénaline des participants qui excite notre palpitant, ou encore entendre le bruit assourdissant des accélérations des motos et les cris des spectateurs survoltés. C'est très réussi ! 
Concernant la romance, elle m'a beaucoup fait penser à Roméo & Juliette. Deux êtres qui se veulent, mais ne peuvent pas sous peine de lourdes conséquences. On ne peut qu'être ému et touché par cette relation interdite qui nous met à fleur de peau. 
La fin, quant à elle, peut se définir en un mot : OMG ! 
Elle se termine par un nouveau rebondissement qui risque de changer bien des choses et d'amener son lot d'émotions. 

En bref ? Furious rush nous plonge dans un Roméo & Juliette modernisé, qui nous transporte dans un univers exaltant de courses motos, et c'est parfaitement réussi.